Psychiatrie

Le service de Psychiatrie est située au sein de : Hôpital Sainte-Blandine

Présentation du service de Psychiatrie

Le service de Psychiatrie est dans la fleur de l’âge. Il a fêté l’année dernière ses 50 ans au sein de Sainte Blandine, 50 ans durant lesquels il a offert une alternative hospitalière aux patients désireux de se soigner au sein d’un hôpital général.

Le service de Psychiatrie  s’est spécialisé progressivement dans l’accueil et le soin de patients souffrant de dépression ou de pathologies anxieuses sévères. Il est animé par une équipe paramédicale formée aux techniques d’écoute et de relation d’aide.

Cet aspect est primordial pour le malade, son entourage familial ou professionnel. En effet, malgré une médiatisation croissante de la détresse psychique, l’assimilation abusive de la psychiatrie à la folie demeure encore un obstacle à l’accès aux soins. Notre pratique et notre intégration au sein d’HPMetz est loin de l’image asilaire. Il s’agit d’hospitalisations de courts séjours (Durée Moyenne de Séjour = 3 semaines) à visée diagnostique, curative et préventive des rechutes. Le patient accepte son admission chez nous, l’indication et les objectifs sont toujours posés par un médecin, véritable coordonnateur des soins.
 
L’implantation dans un hôpital général permet également de prendre en charge le versant somatique des troubles présentés, toutes les comorbidités et addictions, c’est également très utile pour la douleur chronique et les troubles du comportement alimentaire. 
 
Notre service de 35 lits est composé d’une équipe pluridisciplinaire au sein de laquelle les secrétaires ont un rôle qui se singularise.

Plusieurs professionnels au service du patient

Les secrétaires

Situé au sein même du service, le secrétariat a une mission d’accueil, d’écoute et de réassurance tant pour les patients que pour leur famille. Il oriente, en concertation avec le médecin, les personnes connues ou non du service et qui sont confrontées à une situation clinique ou administrative difficile. Les secrétaires gèrent également, avec le Responsable Infirmier, le flux des admissions. Le service est souvent complet, le taux d’occupation des lits avoisinant les 84 %.

L'infirmier en Psychiatrie

En Psychiatrie, les soignants déploient les compétences infirmières propres à la profession. Ici, après avoir passé la visite avec le médecin, l'infirmière distribue les médicaments , elle est en contact permanent avec les patients, peut déceler les signes des pathologies, décrypter une plainte, et évaluer les effets secondaires. Elle sait également rendre compte de tout cela aux psychiatres.

Sa spécificité réside dans la prise en charge de la souffrance morale, elle sait également qu’un patient doit être considéré dans sa globalité sociale et familiale. 

Les patients accueillis dans le service ont des pathologies qui engendrent des troubles relationnels. Connaitre les maladies et leurs spécificités est indispensable mais il faut également savoir entrer en relation avec le patient. Que ce soit au quotidien ou en ateliers thérapeutiques avec ou sans sa blouse blanche, l’infirmier doit s’adapter à tout type de situation de souffrance psychique.

Des qualité personnelles d’empathie sont naturellement nécessaires, mais l’envie ne suffit pas. Les infirmiers sont formés à la communication, à l’animation de groupe et aux techniques spécifiques d’entretiens. Ils bénéficient également d’une supervision clinique où leurs pratiques et leurs ressentis sont analysés par un psychologue intervenant extérieur à l’hôpital. 

L’organisation du service permet cela, être formé, supervisé et prendre le temps nécessaire à la relation.

Les médecins

Ils assurent également une activité de consultation ambulatoire en grande partie pour conforter les améliorations constatées durant le séjour (certains patients n’ayant pas de psychiatre à l’extérieur). Ces consultations permettent des échanges confraternels avec les spécialistes libéraux puisque les médecins s’aident ponctuellement et mutuellement : regard croisé sur des cas difficiles, prise en charge de quelques patients lors d’absences des confrères libéraux. C’est une véritable ouverture du service sur la ville.

Nos médecins assurent également des consultations de liaison, dans les autres services d’HPMetz, au lit du malade. Les actes en Médecine, Chirurgie, Obstétrique (MCO) étaient en nette augmentation jusqu’en 2013, c’est en général un grand confort pour les patients de voir leur situation prise en compte médicalement, tant du point de vue psychique que somatique.

Ce service est transversal, un de ses points fort étant qu’il est ouvert à toutes les spécialités médicales et chirurgicales HPMetz.

Le service participe depuis fort longtemps à la formation des étudiants (infirmiers et aides soignants). Depuis trois ans, il a obtenu l’agrément pour accueillir un interne de spécialité et notre lieu de stage est assez convoité par les jeunes médecins de la faculté qui participent à la permanence des soins du site Sainte Blandine durant leurs gardes.

L'hospitalisation

Une demande d’hospitalisation nous est adressée par votre médecin traitant ou psychiatre traitant. Les admissions sont établies au regard du jour de la demande et des possibilités d’hébergement en chambre double ou individuelle.

Situé au centre ville, ce service se veut résolument tourné vers l’extérieur, il demande participation et confiance de tous les partenaires. La durée moyenne de séjour est de trois semaines environ, mais elle peut varier selon les problématiques. L’hospitalisation n’est qu’un temps du parcours de soin, il conviendra le plus souvent de poursuivre les soins à la sortie chez votre médecin. 

Prise en charge

Moins de 50 ans, c’est l’âge moyen des patients accueillis de toute la Lorraine Nord. Nous travaillons régulièrement avec 200 correspondants médicaux extérieurs à HPMetz. La qualité et la particularité des soins dispensés sont reconnues par ces partenaires, notamment en ce qui concerne la prise en charge des troubles de l’humeur qui représentent près de 60 % de nos diagnostics. Ceci est très important lorsqu’on sait qu’en 2020, la dépression sera la 1ère cause d’invalidité en France. Les médecins traitants sont légitimement concernés et soucieux de trouver des solutions adaptées pour leurs patients, le risque de suicide étant toujours présent à l’esprit.

prise en charge camembert

A son arrivée, le patient est reçu en entretien d’admission. Une évaluation et une observation de ses problèmes psychiques et somatiques sont réalisées dans les premiers jours. Très rapidement, un programme thérapeutique individuel est établi.

Le programme thérapeutique

Le service dispose d’outils thérapeutiques variés, adaptés à chaque pathologie, et évalués. Après un entretien avec le médecin référent et un membre de l’équipe infirmière, le projet thérapeutique est mis en place conjointement avec le patient. Notre approche se veut globale, centrée sur la personne, ainsi psychologue, sophrologue, art thérapeute, animateurs physiques, infirmières, interviennent en fonction du programme de soin établi.

L’infirmier de psychiatrie a un rôle primordial dans ce programme, (voir plus haut). Ce programme fait une place aux traitements médicamenteux souvent indispensables pour apaiser les tensions, une importance est également réservée à la parole, à la verbalisation directe ou indirecte des conflits psychiques.

Pour cela, divers ateliers de soins sont indiqués ou  non et prescrits selon la pathologie du patient. Nous pouvons ainsi avoir recours à des outils de médiation thérapeutiques tels que le groupe de parole, la sophrologie, l’art thérapie, les expressions corporelles ou physiques, le photo langage, l’affirmation de soi.

Certains patients tireront un plus grand bénéfice d’entretiens individuels, ce choix exclusif est possible. La notion de pluridisciplinarité au sein du service nécessite une bonne connaissance du rôle de l’autre et de ses capacités. Il nécessite aussi une confiance et un respect entre soignants. C’est ainsi que nous arrivons à transmettre les informations ou à orienter le patient vers le professionnel le plus compétent.

Ceci se fait naturellement entre nous mais également en réunion de synthèse, certains mercredis matins.

Cette analyse des troubles faite durant l’hospitalisation est assez complète et personnalisée, elle permet en général de restaurer la capacité d’agir sur sa vie et sur sa relation aux Autres. Nous devons parfois faire face, même en cours de séjour, à des situations de crise, et nous sommes disponibles pour agir en toute sérénité afin de calmer les tensions.

Cette disponibilité est primordiale pour le maintien du climat de confiance et pour la sécurité des patients.

Coordination des soins
  • Coordination des soins : Samuel PECASTAINGS
  • Adjoint Coordination des soins : Hélène DEMATHIEU
L'équipe soignante
  • Responsable infirmier : Evelyne VINQUIN
  • Une équipe pluridisciplinaire composée d'une psychologue, d'infirmiers, d'aides-soignants, etc.