Unité de Soins de Support et d'Accompagnement

Share
Notre offre de soins

Entretien avec Dr Pierre MATHIS, médecin palliatif au sein de l'Unité de Soins de Support et d'Accompagnement des HPMetz. Nous le questionnons sur la définition du soin palliatif, de l'accompagnement de la fin de vie et de son implication au sein des Hôpitaux Privés de Metz.

HPMetz : Comment définissez-vous l’approche palliative ?
Dr Pierre MATHIS : Les soins palliatifs sont des soins actifs délivrés dans une approche globale de la personne atteinte d'une maladie grave, évolutive ou terminale. L’objectif des soins palliatifs est de soulager les douleurs physiques et les autres symptômes, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle.
Ils s'adressent au malade en tant que personne, à sa famille et à ses proches, à domicile ou en institution.
La formation et le soutien des soignants et des bénévoles font partie de cette démarche.
Les soins palliatifs et l'accompagnement considèrent le malade comme un être vivant, et la mort comme un processus naturel. Ceux qui dispensent des soins palliatifs cherchent à éviter les investigations et les traitements déraisonnables (communément appelés "acharnement thérapeutique"). Ils se refusent à provoquer intentionnellement la mort. Ils s'efforcent de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu'au décès et proposent un soutien aux proches en deuil. Ils s'emploient par leur pratique clinique, leur enseignement et leurs travaux de recherche, à ce que ces principes puissent être appliqués.

HPMetz : Comment passe-t-on de la pratique curative à la pratique palliative ?
Dr Pierre MATHIS : Il n’y a pas de passage, il y a une volonté de pratiquer un exercice médical dans une période définie de la vie, qui peut être ressentie comme particulière par le patient, ses proches et les soignants.
Cet exercice est d’ailleurs encadré par le code de déontologie où apparaît que « Le médecin doit, sans négliger son devoir d’assistance morale, limiter ses prescriptions et ses actes à ce qui est nécessaire à la qualité, à la sécurité et à l’efficacité des soins.
Il doit tenir compte des avantages, des inconvénients et des conséquences des différentes investigations et thérapeutiques possibles
».

Mais également : « En toutes circonstances, le médecin doit s’efforcer de soulager les souffrances du malade par des moyens appropriés à son état et l’assister moralement. Il doit s’abstenir de toute obstination déraisonnable dans les investigations ou la thérapeutique et peut renoncer à entreprendre ou poursuivre des traitements qui apparaissent inutiles, disproportionnés ou qui n’ont d’autre objet ou effet que le maintien artificiel de la vie ».
Ces textes sont la base de notre travail en soins palliatifs et dirigent nos réflexions et nos décisions.

HPMetz : La prise en charge est pluridisciplinaire en fait, pouvez-vous me dire ce que cela signifie au quotidien ?
Dr Pierre MATHIS  : La pluridisciplinarité est une juxtaposition de savoirs. La collaboration entre les différents professionnels met le patient au centre des préoccupations de chacun, et chaque discipline apporte ses compétences et partage son savoir : c’est l’interdisciplinarité.

Elle émerge face à la conscience des limites d’une approche disciplinaire unique, lors de situations complexes.
C’est une démarche volontaire qui nécessite sur une connaissance de sa discipline et le désir de construire un socle conceptuel afin de fixer des objectifs communs centrés sur le patient.
Cela se concrétise par un temps de communication et d’échange important et enfin le plaisir à travailler ensemble dans la confiance, le respect, l’humour, et l’humilité…

HPMetz : Et le développement de la filière palliative conduit à l’ouverture d’un service dédié. Pouvez-vous nous en parler ?
Dr Pierre MATHIS  : Effectivement un service dédié aux soins de support et à l’accompagnement a ouvert en septembre 2015 sur le site de Sainte Blandine.
Il aura une capacité d’accueil de 12 lits dans un premier temps, puis rapidement cette capacité sera relevée à 18 lits.

Il est composé de chambres seules principalement, et un espace agréable est dévolu à l’accueil des familles (photo ci-contre).
L’ensemble du personnel est volontaire pour travailler dans ce service. Tous ont en commun une expérience ou un objectif de prise en charge palliative dans leur projet professionnel.

La dimension pluridisciplinaire est mise en avant avec la présence au sein du service de temps psychologue, assistante sociale, kinésithérapeute, ergothérapeute…
Les patients accueillis peuvent provenir de l’ensemble de filières de soins des spécialités chirurgicales, médicales, oncologiques, SSR et HAD.
La prise en charge au sein du service peut aboutir à un retour à domicile, une prise en charge en HAD, ou un transfert en unité de soins palliatifs pour le cas les plus complexes.

La création de ce service n’entraîne pas la fin de l’Equipe mobile de soins palliatifs qui reste une unité fonctionnelle à part entière et qui reste à disposition de services d’HPMetz et des établissements conventionnés avec elle.